Les globyz sont en route depuis le 25 Juin 2011   Mail : globyz2011@gmail.com   Facebook : Globyz tour du monde   ème visiteur
  GLOBYZ Tour du monde en vélo avec

 
          
                       

LAST MOVIES :


 
 


Globyz Tour du monde en Vélo
 
 
Le plus dur n'est pas de pédaler pendant 2 ans sur 30 000Km autour du monde,
le plus dur est de prendre la décision de partir !!! (Conrad Murray, tour 2005 - 2007)

pinoFaire le tour du monde en vélo: 


itinéraire
  A la force des jambes : Je vais pédaler pendant 1 an et demi voire 2 ans sur 29 600Km.

A la rencontre des peuples : En Vélo, il n'y a pas d'obstacles à la communication. La rencontre avec les autres est facilitée. Arriver en vélo dans un village provoque l'étonnement et la curiosité. Mes besoins en eau, nourriture et logement me conduirons à un contact permanent avec la population.

A la rencontre du monde : Mes efforts seront récompensés par la traversée de paysages grandioses et par le passage dans des sites historiques spectaculaires.

A la rencontre de soi : La rencontre de soi se fait dans le dépassement des difficultés. Sans protection face aux éléments, je serais constamment confrontés aux intempéries et au relief. Mon seul moyen de réponse sera la force de mes jambes et ma volonté d'avancer.

Pourquoi ce projet:


 
A l’époque des moyens de transport dits « sécurisés » allant de plus en plus vite, il est clair que les transports de marchandises à dos de dromadaires sur la route de la soie semblent bien loin. Ou encore la traversée de l’Atlantique à bord de « La Pinta »  en 3 mois par Christophe Colomb, contre 3 jours du skipper Pascal Bidégorry et son équipage.

Tout en restant humbles, mon tour a pour but de goûter à ce qu'il reste d’aventure. De traverser et de découvrir des paysages à vitesse « d’homme ». De sentir les odeurs de chaque champ traversé, de subir les dénivelés. De sembler mériter, à la force de mes jambes, la vue d’une vallée encaissée.

De comprendre la mentalité des peuples et de partager l’expérience de chacun. De se sentir comme « citoyen du monde », ce qui, semble-t-il, reste une idée utopiste.

Enfin, de comprendre l’impacte de la demande toujours excessive des pays dit « développés » sur l’environnement.

Mettre ce projet d'aventure à la portée de tous :


C'est grâce aux témoignages entendus, aux récits d'aventures lus, et à la rencontre d'aventuriers que j'ai, aujourd'hui, l'audace de me lancer dans ce projet.


Je veux partager mon expérience.

Comment ? :

Le suivi de mon projet par la presse et les médias
La réalisation et l'entretien d'un site internet
La publication du "carnet de bord", des photos et de films




 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement